L’Histoire de Peñíscola

Préhistoire

La Costa del Azahar offre plusieurs sites préhistoriques avec des peintures rupestres, datant de 7000 à 3500. Les sites les plus importants sont situés dans la région d’El Maestrazgo, qui abrite les abris rocheux de la gorge de La Valltorta, vers Tírig.

Antiquité

Tout au long de l’histoire, la citadelle prétendument insurmontable de Peñíscola aurait été conquise plusieurs fois.

Ibères (avant 700 av. J.-C. et après)

Il existe suffisamment de preuves archéologiques pour croire que les peuples indigènes habitaient l’ancien port fortifié avant 700 av. J.-C., les Ibères.

Phéniciens (vers 800-600 av. J.-C.)

Les phéniciens (vers 3000-539 av. J.-C.) de la Méditerranée orientale, qui contrôlaient des ports dans toute la Méditerranée, s’installèrent dans le port de Peñíscola vers le VIIe-VIe siècle av. J.-C. (leur alphabet est devenu la base de l’alphabet grec).

Grecs (vers 600-237 av. J.-C.)

Peu après l’établissement phénicien, les grecs ont colonisé la ville. L’ère grecque a produit les premiers écrits au sujet de Peñíscola entre le VIe et le Ier siècle av. J.-C. Plusieurs auteurs, parmi lesquels le plus connu, Strabo (64 ou 63 av. J.-C. – 24 ap. J.-C.), dépeignent une ville que les grecques appelaient Chersónesos (Χερσόνησος), qui se traduit par péninsule.

Hannibal et les Carthaginois (vers 237-217 av. J. -C.)

L’empire carthaginois en expansion (vers le IIXe siècle av. J.-C. – 146 av. J.-C.) a conquis une grande partie de la péninsule ibérique, dont Peñíscola, durant la seconde partie du IIIe siècle av. J.-C. Ils étaient originaires de Carthage, une banlieue de l’actuelle Carthage en Tunisie. Les Romains appelaient les Carthaginois Poeni, une dérivation du mot Phoenikes (Phéniciens), d’où provient l’adjectif punique.

Carthage était à l’origine un port maritime établi par les Phéniciens. Leur langage, le phoenicio-punic, était étroitement lié au phénicien, une langue sémitique (comme l’arabe ou l’hébreu).

Les Carthaginois s’opposeront à Rome à partir du milieu du IIIe siècle dans les guerres puniques. Ces guerres aboutiront à la défaite absolue de Carthage par Rome et à l’expansion du contrôle romain dans le monde méditerranéen. Lorsque Carthage tomba finalement en 146 av. J.-C., le site fut pillé et brûlé.

Carthage avait dans ses rangs l’un des plus grands chefs militaires de l’histoire, Hannibal Barca/Barkas (247 av. J.-C. – vers 183-181 av. J.-C.), qui a commandé les forces carthaginoises contre Rome durant la Seconde Guerre punique (218-201 av. J.-C.).

Hannibal a été emmené à un jeune âge en Espagne par son père qui lui fit jurer l’hostilité éternelle à Rome. Sa vie fut celle d’une lutte presque constante contre Rome.

En Espagne, Hannibal s’est rapidement imposé comme un général à succès. Il a été proclamé commandant en chef à l’âge de 26 ans, a consolidé la mainmise punique sur l’Espagne et conquit plusieurs régions d’Espagne. Il s’est marié à une princesse espagnole, Imilce. En l’an 221, il a fait de sa base le port de Kart-hadasht (Carthagène moderne, environ 20 km au sud de la Communauté Valencienne).

La conquête de Saguntum (l’actuelle Costa del Azahar) en 219 a mené à la Seconde Guerre punique, déclarée par Rome. La guerre a été conduite, du côté carthaginois, presque entièrement par Hannibal. Il a effectué les préparatifs nécessaires pour mener la guerre en Italie.

Hannibal est parti de Carthagène avec une armée d’environ 90 000 soldats – ainsi que 37 éléphants. Il a parcouru l’actuelle Costa del Azahar et a poursuivi le voyage avec son armée d’Ibérie jusqu’en Italie à travers les Pyrénées et les Alpes. Il remporta plusieurs victoires en Italie, mais il n’a pas assiégé Rome elle-même.

Après 16 ans passés dans le sud de l’Italie, il est retourné à Carthage, en Afrique du Nord, où les Romains représentaient alors une grave menace. Il a finalement été vaincu dans la Bataille de Zama (202 av. J.-C.), en Tunisie moderne. Ce fut la dernière bataille décisive de la Seconde Guerre punique et mit fin aux chances de Carthage de s’opposer significativement à Rome.

Romains (217 av. J.-C. – première moitié du Ve siècle ap. J.-C.)

Les Romains avaient initialement l’intention de mener la guerre en Espagne de leur propre initiative. Ils ont cependant été contraints de le faire sur la défensive pour empêcher les renforts carthaginois d’atteindre Hannibal après son invasion rapide de l’Italie.

En 217 av. J.-C., ils avaient déjà conquis Peñíscola, un an après le départ d’Hannibal pour Rome. Les Romains ont traduit le nom grec que la ville : (paene + insula, « presque + île »), ce qui aboutit au nom actuel, Peñíscola.

Moyen Âge

Wisigoths (première moitié du Ve siècle – vers 718)

La domination romaine en Espagne et ailleurs dans l’empire occidental a été compromise durant le Ve siècle par les migrations des tribus germaniques.

Les Wisigoths entrèrent dans la province romaine d’Hispanie en 415. Ils étendirent progressivement leur influence dans la péninsule ibérique, ont déplacé leur capitale de Toulouse à Tolède, et ont finalement conquis toute l’Hispanie et l’ont régné jusqu’au début du VIIIe siècle.

Une nouvelle superpuissance était née du désert d’Arabie et se préparait.

Musulmans (vers 718-1233)

Un siècle après la mort de Mohammed, les musulmans ont construit un empire qui s’étendait de la frontière chinoise à l’est, jusqu’au sud de la France.

Les musulmans débarquèrent à Calpe (Gibraltar) en 711 et envahirent rapidement l’Espagne, ne rencontrant qu’une faible résistance de la part des Wisigoths sans chef. En 718, les musulmans contrôlèrent presque toute la péninsule ibérique.

De 718 à 1233, la ville de Peñíscola vivait sous contrôle musulman. Les géographes l’appelaient Banaskula ou Baniskula. La forteresse était plus ou moins située à la frontière avec les puissances chrétiennes, et devint la base opérationnelle à partir de laquelle les Maures attaquaient les côtes et faisaient des incursions en Catalogne.

Jaime Ier et le Royaume d'Aragon (1233-1479)

Jacques Ier d’Aragon (1208-1276), connu sous le nom de Jaime El Conquistador (Jacques le Conquérant), roi le plus illustre d’Aragon (1213-76), était une des figures les plus importantes de l’histoire de Peñíscola et de la Costa del Azahar.

En 1227, il commença ses grandes campagnes de reconquête (avec succès) contre les dirigeants musulmans du Royaume de Valence. En 1233, il s’empare du Château de Peñíscola.

Les chevaliers Templiers (l’Ordre du Temple)

Jaime offrit le château aux Templiers, qui l’avaient protégé et éduqué étant enfant. L’actuel château des Templiers a été construit entre 1294 et 1307 sur les restes de la citadelle arabe.

La croix typique de l’ordre du Temple est toujours visible, entre autres au-dessus de l’entrée du château.

Intermède: Peñíscola pontifical et Papa Luna

Au début du XIVsiècle, la légitimité de la papauté romaine a été contestée à cause d’un conflit politique plutôt que d’un conflit théologique. En 1309, Avignon est devenu une deuxième ville pontificale avec des soi-disant antipapes.

En 1376, pape Grégoire XI revint d’Avignon à Rome. Il mourut peu après, en 1378. Les cardinaux ont élu l’Italien Urban VI. Une faction du Collège des Cardinaux a contesté l’élection d’Urban VI et a élu Clément VII la même année, qui s’est installé à Avignon.      

Cela signifiait le début du Grand Schisme occidental dans l’Église catholique romaine (1378-1417). Pedro de Luna a été élu pape par les cardinaux soutenant Avignon en 1394, étant entendu qu’il abdiquerait volontairement s’il pouvait ainsi mettre fin à la division de l’Église.

Il refusa plus tard de le faire lorsque les princes français, qui avaient été parmi ses partisans, lui ont demandé de démissionner. Dix-huit de ses 23 cardinaux l’abandonnèrent, et le palais papal d’Avignon fut assiégé par les Français (1398).

En 1403, Benoît s’enfuit du palais vers la Provence, rallia ses cardinaux et reconquit l’obéissance de la France. En 1408, les Français se déclarèrent cependant neutres dans le différend.

En 1409, pendant le Conseil de Pise, plusieurs cardinaux tentèrent de mettre fin au Schisme en déclarant les deux papes régnants de l’époque destitués, Grégoire XII (Rome) et Benoît XIII (Avignon). Ils désignèrent un nouveau pape, Alexandre V, à leur place. Les deux papes destitués refusèrent de démettre de leurs fonctions, avec la conséquence qu’il y avait maintenant trois papes qui se considéraient comme papes légitimes : Grégoire XII, Benoît XIII et Alexandre V.

Benoît possédait encore l’allégeance de certains États, mais il dut par la suite se réfugier dans le château de Peñíscola en 1415. La même année, le Conseil de Constance prononça la destitution de Benoît et élit Martin V en 1417, qui a été accepté de façon générale.

Ceci a officiellement mis fin au Grand Schisme occidental.

Benoît perdit toute reconnaissance gouvernementale sauf celle de l’Armagnac (en France) et de l’Écosse.

Mais il refusa de céder au Pape Martin V et il prétendit jusqu’à la fin de sa vie qu’il était le pape légitime et créa quatre nouveaux cardinaux jusqu’en novembre 1422.

C’est ainsi que Peñíscola se targue d’être l’une des villes pontificales, aux côtés de Rome et d’Avignon, lorsque Benoît XIII s’y établit (1415-1423).

Après la période pontificale, Peñíscola est redevenue une des villes du royaume de Valence, dont la formation a commencé avec les conquêtes de Jaime El Conquistador au XIIIe siècle.

L’Époque Moderne et L’Époque Contemporaine

Union dynastique : Ferdinand et Isabelle (1479-1516)

En 1479, les couronnes des royaumes chrétiens de Castille (globalement l’ouest de l’Espagne) et d’Aragon (globalement l’est de l’Espagne) furent unies par le mariage d’Isabelle Ier de Castille (1451-1504) et de Ferdinand II d’Aragon (1452-1516 ; aussi connu sous le nom de Ferdinand V de Castille de 1474).

Ils se marièrent en 1469 et régnèrent conjointement sur les royaumes d’Aragon et de Castille. Leur monarchie est devenue la deuxième plus puissante d’Europe, après les Valois de France.

Les Habsbourg (1516-1700)

Ferdinand mourut en 1516, et les couronnes des royaumes espagnols furent dévolues à son petit-fils, Charles Ier (1516-1556). Charles était souverain des Pays-Bas et héritier des dominions des Habsbourg en Autriche et dans le sud de l’Allemagne. Cette nouvelle union n’avait pas été planifiée en Espagne et fut, au début, profondément ressentie. En 1519, Charles fut élu Empereur des Romains comme Charles V (Carlos I de España y Carlos V del Sacro Imperio Romano Germánico). La domination des Habsbourg dura de 1516 à 1700.

Pendant la rébellion des Confréries (Rebelión de las Germanías, 1519-1523), le château de Peñíscola fut le refuge du vice-roi de Valence. La rébellion était une révolte des guildes d’artisans (Germanías),(hermano = frère)) contre la politique de l’empereur Charles à Valence.

Sous la pression ottomane et le traitement constant de la piraterie, le château a été fortement fortifié avec les murs de la Renaissance, qui ont été achevés en 1578.

Les Habsbourg ont dominé l’Espagne et l’Europe politiquement et militairement pendant une grande partie des seizième et dix-septième siècles, mais ont connu un déclin progressif de leur influence durant la seconde moitié du dix-septième siècle sous les derniers rois Habsbourg.

La dynastie des Bourbons (1700-1808)

Après la mort en 1700 de Charles II, une période de graves crises locales et internationales a éclaté. Avec l’extinction de la dynastie des Habsbourg espagnols, le petit-fils de Louis XIV de France, Philippe d’Anjou, devint (par la volonté de Charles II sans enfant) Philippe V d’Espagne (1683-1746).

C’est le début de la période Bourbon en Espagne. L’Espagne et le Luxembourg ont actuellement des monarques de la Maison de Bourbon.

Cette nomination a été l’objet d’une grave crise internationale et la guerre de Succession d’Espagne (1701-14) a éclaté, et s’est avéré être un chapitre important dans l’histoire moderne de Peñíscola.

L’Autriche refusa de reconnaître Philip V, un Bourbon, et ainsi concède la défaite de ses espoirs de placer un candidat autrichien sur le trône d’Espagne. Pour l’Angleterre, un roi Bourbon en Espagne bouleverserait l’équilibre des pouvoirs en Europe au profit de l’hégémonie française. Louis XIV conçut l’Espagne sous un roi Bourbon comme un appendice politique et commercial de la France. La Grande-Bretagne et l’Autriche envahirent l’Espagne pour chasser Philippe V et établir le candidat « autrichien », l’archiduc Charles (qui est né et grandi à Florence).

Sous la direction du légendaire Sancho de Echevarría (16? -1714), gouverneur militaire de Peñiscola, la ville décida de soutenir Philippe V et les Bourbons, ce qui fut assez exceptionnel à Valence et dans le Royaume d’Aragon en général. La ville fut ensuite assiégée entre 1705-1707 par les armées anglaises et hollandaises, qui s’appuyèrent sur une petite armée.

Après la fin de la guerre et le triomphe de Philippe V, les habitants de Peñiscola seront récompensés par des privilèges fiscaux et des conseils anoblis. Philip V a attribué à la ville le titre de “La Ville très noble, loyale et plus fidèle de Peñíscola” (“Muy Noble, Leal y Fidelísima Ciudad“).

L’un des épisodes les plus remarquables de ce chapitre fut la soi-disant Bataille des Tranchées (La Batalla de Las Trincheras), quand les assiégés ont surpris les assiégeants dans une embuscade.

Un souvenir de ce chapitre particulier de l’histoire de Peñiscola est l’ermitage-église “La Ermita de la Virgen de la Ermitana“, construit sur l’ordre de Sancho d’Echevarría. Il a été construit pour remercier les habitants de Peñiscola, sur le point culminant de la citadelle, à côté du château des Templiers. Malheureusement pour lui, il mourut le jour de l’inauguration de l’église. Son corps repose au pied du grand autel de l’église.

Maison de Bonaparte (1808-1814)

Pendant l’occupation française relativement courte (1808-14), Napoléon offrit le trône d’Espagne à son frère Joseph Bonaparte.

Peñíscola a été conquise par le général napoléonien Suchet, qui l’a utilisée pour mener plusieurs opérations militaires en raison de son emplacement stratégique. La population a été chassée de la citadelle et s’est réfugiée dans la Sierra de Irta.

Le général Francisco Javier de Elío reprit la citadelle, après de violents bombardements qui détruisirent toute la ville.

XIXe et XXe siècle

Au XIXe siècle et au début du XXe siècle, les principales activités économiques de Peñíscola étaient l’agriculture, la pêche et la culture du vin, exportées par le port voisin de Benicarló, et plus tard la culture de caroubiers, d’oliviers et d’amandiers.

Le port a été achevé en 1922.

Après la guerre civile espagnole (1936-1939) qui ravagea une grande partie de la ville, le tourisme, qui avait commencé à se développer de façon limitée au début du siècle, devint une activité économique majeure. Les facteurs importants ont été la publication de deux films, Calabuig (1956, Luis García Berlanga) et surtout le classique Le Cid (1961, Anthony Mann), qui a présenté la ville à un large public.